Les actrices de Nollywood sont suffisamment payées pour bien vivre – Allwell Ademola – Nigéria

La princesse Allwell Ademola est une femme que beaucoup connaissent pour beaucoup de choses. Non seulement elle joue, mais elle chante, produit des films et travaille dans pratiquement tous les secteurs du cinéma. Mais en tant que personne, elle préfère être connue comme une artiste. Dans cette interview, elle aborde les perceptions séculaires selon lesquelles de nombreuses actrices ne sont pas assez bien payées pour vivre le genre de vie que les gens voient. De plus, elle partage l'histoire de sa vie, tout en affirmant que Nollywood reste le foyer de tous. ROTIMI IGE apporte des extraits.

Pensez-vous que Nollywood est le foyer de tous ceux qui y ont débuté ?

Oui, parce que la vérité est la suivante : filmer est un mode de vie. Dès que vous le démarrez, vous n'avez pas d'autre vie que ce que vous faites, le cinéma. C'est comme si vous viviez en dehors de votre vie, vous ne pouvez pas vivre de votre vie. Vous vivez dans votre vie, vous ne pouvez donc pas quitter ce qui vous donne la vie. Pour moi, filmer nous donne la vie.

Comment préférez-vous être décrit ?

Un artiste.

Avez-vous débuté comme acteur ?

J'ai commencé comme acteur quand j'étais enfant mais mon père ne l'a jamais supporté, j'étais fatigué et j'ai commencé à chanter. Mon père soutenait le chant. Ensuite, je me suis lancé dans la production scénique ; c'était plus facile pour moi grâce à l'école ; J'avais commencé à faire des productions scéniques puis à partir de là, au NCAC, j'ai rejoint Nollywood en 1992.

Qu'est-ce que votre père avait contre le fait d'agir ?

Mon père n'en a jamais accepté mais il a dû en accepter un. Et à cause de l'actualité concernant les acteurs, les gens les considèrent comme des gens qui ne réussissent jamais. C’est pour cette raison qu’il n’a jamais vraiment soutenu le métier d’acteur. Il est un prince et je suis une princesse, donc il estime que la royauté ne devrait pas divertir. Mais les artistes sont censés divertir la royauté. Donc, parce que je fais partie de la royauté, je ne devrais pas divertir, c'était le problème qu'il avait avec ça.

Pensez-vous que les actrices sont vraiment bien payées ?

Je ne sais pas comment répondre mais je suis payé et c'est suffisant pour joindre les deux bouts. Je vis selon mes moyens, je suis à l'aise ; Je mange ce que je veux, je porte ce que je veux, je vis là où j'aime vivre. Et je tire tout cela du cinéma.

Je remarque que vous avez joué dans plusieurs films avec Funsho Adeolu. Dans une interview, il a déclaré que certaines actrices ne sont pas bien payées. Que pouvez-vous en dire ?

Eh bien, j'ai travaillé avec lui plusieurs fois, comme vous l'avez dit. Nous avons tous droit à notre opinion. Funsho est mon ami, et comme je l'ai dit, je suis payé et s'il dit qu'il est bien payé, alors oui ; il est bien payé. Reste désormais à lui expliquer pourquoi il estime que les actrices ne sont pas bien payées. Je ne peux pas dire que les actrices ne sont pas bien payées parce que je veux remplacer autant d'actrices que je connais. Je suis bien payé, donc eux aussi le sont certainement. Et parfois les gens jugent d’après ce qu’ils voient ; parce que vous avez un voisin qui vole de la viande dans la marmite ne signifie pas que tout le monde vole de la viande dans la marmite.

En tant que producteur, y a-t-il une disparité entre ce que vous payez à vos acteurs masculins et féminins ?

Il n’y a rien de mieux que de mieux payer les acteurs masculins que les actrices. Nous avons des notes ; nous avons des acteurs de la liste A, nous avons des acteurs de la liste B. Alors peut-être que les actrices qu’il connaît ne sont pas sur la liste. Peut être. Mais s'il est sur un plateau de tournage avec Mide Martins, vous ne vous attendez pas à ce que je le paie mieux, car Mide est un acteur de premier plan.

Pensez-vous que nos films ont perdu quelque chose en passant du VHS au streaming en ligne ?

La vérité est la suivante : si nous n'avons pas de lecteur VCD, pourquoi produisons-nous les CD ? Nous avons toujours ces joueurs, mais ils sont dans des villages reculés. Les gens des villages n’ont pas la possibilité d’avoir un téléphone. Le problème est que les gens ne peuvent pas l'acheter à Lagos, donc si les commerçants produisaient auparavant 30 000 pièces, parce que les gens ne peuvent pas l'acheter, ils ont des endroits où ils les vendent ; villages éloignés, donc ils en feront peut-être seulement 5 000 exemplaires. Donc, nous l'avons toujours, mais ce n'est pas à Lagos et bien sûr, vous ne vous attendez pas à transporter des lecteurs DVD.

Selon vous, quelle est la solution à ce problème ?

Il n’y a pas de solution. Dans la vie, les choses évoluent. De nouvelles choses arrivent et vous n’avez pas d’autre choix que de laisser tomber les anciennes choses. Il n’y a pas de solution.

Quelle est votre relation avec Rotimi Salami ?

C'est mon frère et mon associé.

Vous avez dit que vous aviez perdu votre fiancé lors d'une interview précédente et que c'était la raison pour laquelle vous ne vous êtes pas marié à cause du traumatisme, en avez-vous surmonté ?

Oui. J'ai. C'était le seul homme que je connaissais à l'époque. Nous avons été ensemble pendant huit ans. Je l'ai utilisé comme référence pour tant de gars qui sont arrivés à ce moment-là.

Selon vous, quelle est la prochaine étape pour Nollywood ?

Nous sommes en concurrence avec Hollywood. Vous n'avez encore rien vu.

Lire aussi : Accusation de l'EFCC : le tribunal fixe au 23 avril la décision sur le service de substitution concernant Yahaya Bello

Avatar de Abedi Bakari