Les tentatives de remise en question du rôle de l'Égypte pourraient la pousser à se retirer de la médiation sur la guerre à Gaza, Diaa Rashwan – Egypte

LE CAIRE – 22 mai 2024 : le chef du Service d'information de l'État égyptien [SIS] Diaa Rashwan a déclaré que les tentatives de remise en question du rôle de médiation de l'Égypte pourraient la pousser à se retirer du processus de médiation actuel, a rapporté la chaîne d'information Al Qahera.

Rashwan a souligné que les tentatives visant à semer le doute ou à insulter le rôle de l'Égypte ne feraient que compliquer davantage la situation dans la bande de Gaza et dans l'ensemble de la région..

Rashwan a souligné que les allégations de CNN violaient tous les faits et règles professionnelles. « Nous avons contacté la direction du site Internet de CNN en dehors de l'Egypte et leur avons envoyé notre réponse, et peu de temps après, le site Internet a publié nos notes. » Il ajouta

« Nous avons envoyé une longue réponse qui comprend plusieurs notes, mais le site Web les a signalées », a déclaré Rashwan.

Il a ajouté que la réponse égyptienne incluait que l'histoire ne s'appuyait pas sur des sources spécifiques, en particulier dans des situations aussi graves, et ne parlait pas de la position égyptienne dans les négociations ou ne l'attribuait pas à des sources américaines ou israéliennes. C’est quelque chose que l’Égypte rejette complètement Rashwan a dit

Rashwan a qualifié les allégations de CNN de « fausses et dénuées de toute information ou fait ».

Rashwan a exprimé l'étonnement de l'Égypte face aux tentatives de certaines parties d'insulter les énormes efforts qu'elle a déployés – et continue de déployer – au cours des derniers mois pour parvenir à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza et empêcher que des centaines de civils innocents soient tués et blessés quotidiennement et que le destruction systématique de tous les aspects de la vie dans la bande de Gaza.

Rashwan a expliqué que l'Egypte a remarqué au cours des dernières périodes que certaines parties « jouent le jeu d'accuser constamment les médiateurs » – le Qatar et l'Egypte – et de les accuser de se ranger du côté de l'une des parties et de la blâmer, de tergiverser et d'éviter de prendre des décisions décisives. concernant l'accord de cessez-le-feu.

Rashwan a souligné que le rôle de médiation de l'Égypte dans l'accord de cessez-le-feu et la libération des otages dans la bande de Gaza reposait sur les demandes répétées et l'insistance d'Israël et des États-Unis à jouer ce rôle, résultat de leur conscience de l'ampleur du conflit égyptien. expérience et professionnalisme dans la gestion de telles négociations, d’autant plus que l’Égypte a connu de multiples précédents réussis, entre Israël et le Hamas.

Rashwan a expliqué que les mensonges propagés sur le rôle égyptien ne peuvent être interprétés comme autre chose qu'une tentative de punir l'Égypte pour ses positions fermes et de principe en faveur des droits légitimes du peuple palestinien alors qu'elle joue un rôle de médiation..

Rashwan a également tenu les parties concernées, en particulier celles qui répandent des mensonges sur la position égyptienne, pour entièrement responsables des catastrophes humanitaires sans précédent et de la guerre d'extermination dans la bande de Gaza, du meurtre et des blessures de milliers de Palestiniens innocents, de leur déplacement et de leur famine, et la destruction de tout ce qui se trouve dans la bande de Gaza, en plus de la perte de la vie de détenus israéliens à la suite de l'opération militaire agressive israélienne.

Le chef du SIS, Diaa Rashwn, a déclaré que l'Égypte avait les moyens de préserver sa sécurité nationale. « L'Etat exerce son devoir national sans prêter attention à ceux qui le mentent ou le critiquent », a-t-il ajouté.

Rshwan a noté que l'Egypte a adopté une position ferme contre le déplacement des Palestiniens. « La réalité dément les affirmations israéliennes. Les efforts de l'Égypte sont évidents pour tout le monde », a déclaré le chef du SIS.

Le chef du Service d'information de l'État égyptien a confirmé que le terminal de Rafah n'a jamais été fermé du côté égyptien et que c'est Israël qui interdit l'entrée de l'aide à Gaza. « L'Egypte a besoin de la présence d'une partie palestinienne pour recevoir de l'aide du côté palestinien du terminal de Rafah », a souligné Rashwan.

Il a souligné que les positions égyptiennes concernant la Palestine sont « historiques » et que l'Égypte a payé un lourd tribut pour sa défense.

Avatar de Hervé Joly