L'Egypte n'acceptera pas d'alternative à l'UNRWA, selon le ministre des Affaires étrangères – Egypte

LE CAIRE – 8 juillet 2024 : L'Egypte n'acceptera ni ne permettra la création d'une quelconque alternative à l'Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), a déclaré lundi le ministre des Affaires étrangères Badr Abdel Aty.

L’UNRWA est la seule agence dotée d’un mandat des Nations Unies pour venir en aide et soutenir les réfugiés palestiniens.

Dans son discours lors d'une conférence de presse conjointe avec le commissaire général de l'UNRWA, Philippe Lazzarini, le diplomate égyptien a déclaré : « J'exprime mes sincères remerciements et ma profonde reconnaissance au nom du gouvernement, des dirigeants égyptiens et du peuple égyptien, pour les grands efforts déployés par le commissaire général de l'UNRWA. »

« J'adresse également mes sincères condoléances à l'UNRWA pour les martyrs qui ont sacrifié leur vie à la suite de l'agression flagrante et brutale afin de fournir une aide aux civils palestiniens innocents dans la bande de Gaza », a ajouté Abdel Aty.

« L’UNRWA est l’une des agences les plus importantes des Nations Unies dans le domaine humanitaire, en particulier à la lumière des violations flagrantes du droit international et du droit international humanitaire dont sont témoins les territoires palestiniens occupés. Cela confirme son importance et son rôle, qui ne se limite pas à la bande de Gaza, mais s’étend à la prise en charge des réfugiés palestiniens à l’intérieur et à l’extérieur des territoires palestiniens occupés, que ce soit à Gaza, en Cisjordanie, en Jordanie, au Liban ou en Syrie. »

Il a souligné que l’UNRWA a un mandat humanitaire, une longue histoire et une contribution concrète sur le terrain. Elle fait partie intégrante de la responsabilité qui incombe à la communauté internationale à l’égard de millions de Palestiniens.

L’Égypte est «constamment désireuse de travailler en étroite collaboration avec l’UNRWA pour accomplir sa noble mission»,

Il a souligné que la campagne visant à saper la crédibilité de l'UNRWA n'est pas nouvelle, mais vise à briser le caractère sacré du travail des organisations internationales qui soutiennent le peuple palestinien. Il a souligné que l'UNRWA est la seule entité qui dispose de centres de distribution à Gaza.

« La bande de Gaza ne peut plus tolérer de nouvelles destructions. La machine militaire israélienne a détruit toutes les installations et infrastructures, en plus de cibler systématiquement les institutions et les bâtiments de l'UNRWA, ce qui constitue une violation flagrante du droit international et sa poursuite ne peut être acceptée. »

Abdel Aty a appelé la communauté internationale à intensifier la pression pour un cessez-le-feu immédiat, soulignant que l'Egypte apporte son soutien aux blessés dans la bande de Gaza, car les hôpitaux égyptiens accueillent un grand nombre de blessés et leurs familles.

Il a expliqué que l’enfant palestinien ne jouit plus de ses droits les plus élémentaires et qu’il y a encore un demi-million d’enfants palestiniens souffrant de traumatismes psychologiques en raison de l’arrêt de l’éducation après la destruction des écoles gérées par l’UNRWA.

Le ministre a déclaré que « l’éducation est un droit fondamental et l’UNRWA joue un rôle essentiel dans la fourniture de services éducatifs. Elle ne se contente pas de fournir une aide humanitaire, elle fournit également des services éducatifs et de santé ».

De son côté, le commissaire général de l'UNRWA, Philippe Lazzarini, a déclaré avoir discuté avec Abdel Aty d'une coopération étroite avec l'Egypte en ces temps difficiles et après les attaques contre l'UNRWA, au cours desquelles environ deux cents employés ont perdu la vie depuis le début de la guerre.

« Depuis le début de la guerre, le siège de l'UNRWA a été la cible d'opérations militaires et sécuritaires, et surtout de la campagne visant à démanteler l'UNRWA. Nous avons également été témoins de la campagne brutale et de certaines des mesures prises contre l'agence. »

« Les États membres nous ont demandé de répondre à cette campagne et de ne pas accepter cette affaire, car elle ne se limitera pas seulement à l'UNRWA, mais s'étendra aux Nations Unies, et ne se limitera pas à Gaza, mais cela peut se produire avec des crises dans d'autres endroits », a ajouté Lazzarini.

Il a souligné que cette semaine, 250 000 personnes ont été déplacées de Khan Younis sur ordre d'Israël. Ce n'est pas la première fois que des habitants sont contraints de fuir, ce qui signifie qu'il n'y a plus d'endroit sûr à Gaza.

Il a expliqué avoir discuté avec Abdel Ati de la situation des enfants à Gaza, soulignant que la moitié de la population de Gaza a moins de 18 ans et que 600 000 filles et garçons vivent dans les décombres. Il existe un risque qu'une génération entière soit privée d'éducation.

Lazzarini a souligné que la seule alternative à l’UNRWA est un État capable de fournir des services éducatifs.

Avatar de Hervé Joly