Huit députés de Zamfara suspendus traînent le Président et d'autres devant la justice – Nigéria

Les huit membres suspendus de l'Assemblée de l'État de Zamfara, se sentant lésés, ont engagé une action en justice en déposant une plainte contestant leur suspension auprès de la Haute Cour fédérale siégeant à Gusau, la capitale de l'État.

Ces législateurs contestent la suspension, alléguant une violation de leurs droits constitutionnels à la liberté, à la dignité humaine, à un procès équitable et à la possession légale de leurs biens sans procédure régulière.

Le procès était dirigé contre sept défendeurs, dont le procureur général et commissaire à la justice de l'État de Zamfara, le président de l'Assemblée de l'État, le greffier de la Chambre, le commissaire de police et le Département des services de sécurité de l'État (DSS) de l'état.

A LIRE AUSSI : La communauté Ijaw écrit à Tinubu à propos des meurtres du Delta

Cependant, lors de l'audience d'aujourd'hui devant la Haute Cour fédérale de Gusau, des plaintes ont émergé du greffe concernant certains répondants, tels que la police, le directeur du Département des services de l'État (DSS), entre autres, qui n'auraient pas été servis dans l'État. .

Ibrahim Ali, l'avocat des députés suspendus de Zamfara, a demandé une date pour commencer l'audience sur l'affaire et leur permettre de servir les autres défendeurs dans l'État.

Le juge Aminu Bappah, président du tribunal, a fait droit à la requête et a ajourné l'affaire au 29 avril pour une audience afin de permettre et de servir les intimés, qui n'ont pas encore été signifiés.

Dans l'affaire déposée, Ibrahim Ali, l'avocat des huit législateurs lésés, a affirmé que ses clients alléguaient une collusion entre le Président et diverses agences de sécurité, notamment la police nigériane, le Département des services d'État et le Corps de sécurité et de défense civile du Nigeria (NSCDC). .

Ils affirment que ces entités ont tenté de les arrêter et de les poursuivre en justice.

Cette action serait basée sur l'accusation selon laquelle 17 membres de l'Assemblée d'État se sont réunis à l'Assemblée nationale de Zamfara et ont tenu une séance plénière le 22 février, dans les locaux de l'État.

JOURNAL AFRIQUE

Avatar de Abedi Bakari