Comment nous relevons le défi des enfants non scolarisés — FG – Nigéria

LE gouvernement fédéral a réaffirmé son engagement à faire en sorte que chaque enfant d’âge scolaire au Nigeria ait la possibilité et l’accès à l’éducation de base.

Le ministre de l’Éducation, Malam Adamu Adamu, qui a dit cela, a noté que le gouvernement fédéral et d’autres parties prenantes essentielles travaillent assidûment pour réduire davantage le nombre à un niveau plus gérable.

Adamu a déclaré : « Lors de mon point de presse ministériel annuel de 2020, j’ai informé la presse que nous avions réduit le nombre d’enfants non scolarisés d’environ 13 à 6,9 millions.

« Puis-je vous informer que nous avons en outre enregistré des inscriptions impressionnantes au cours de la dernière année, en particulier dans certains des États de première ligne de Kano, Kaduna, Katsina, Sokoto, Gombe, Bauchi, Adamawa, Taraba, Rivers et Ebonyi.

Cela est dû en grande partie aux activités du programme Better Education Service Delivery For All (BESDA) et à la coopération des gouverneurs des États.

«Le recul de l’élan est occasionné par la pandémie de COVID-19, l’insécurité et l’augmentation du taux de natalité, entre autres facteurs. Cependant, nous travaillons assidûment pour réduire davantage le nombre à un niveau plus gérable », a-t-il déclaré.

Un rapport du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a cependant noté qu’un enfant non scolarisé sur cinq dans le monde se trouve au Nigeria.

Il a noté que bien que l’enseignement primaire soit officiellement gratuit et obligatoire, environ 10,5 millions d’enfants du pays âgés de 5 à 14 ans ne sont pas scolarisés.

Selon le rapport, « seulement 61 % des enfants de 6 à 11 ans fréquentent régulièrement l’école primaire et seulement 35,6 % des enfants âgés de 36 à 59 mois reçoivent une éducation préscolaire.

« Dans le nord du pays, le tableau est encore plus sombre, avec un taux net de fréquentation de 53 %. Remettre les enfants non scolarisés à l’école représente un énorme défi.

Dans la même veine, le rapport 2021 Multiple Indicator Cluster Survey (MICS) 6 a placé Kebbi, Zamfara et Bauchi comme les États avec le plus grand nombre d’enfants non scolarisés au Nigeria, tandis que Kebbi était en tête du peloton avec 65%, puis Zamfara et Bauchi avec 61 respectivement.

Le rapport, cependant, a montré que l’État d’Imo a le plus faible nombre d’enfants non scolarisés avec un pour cent, suivi d’Ekiti avec deux pour cent.

L’enquête en grappes à indicateurs multiples (MICS)6 de 2021 avec des indices couvrant les enfants et les adolescents âgés de 7 à 14 ans a récemment été lancée au Nigeria.

L’enquête a été menée par le Bureau national des statistiques avec le soutien du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

Selon le rapport de l’Audit national du personnel (NPA) de 2018, qui a été mené par la Commission pour l’éducation de base universelle (UBEC), les enfants non scolarisés sont au nombre de 10,1 millions au Nigeria, la majorité d’entre eux venant du Nord.

Une mise à jour du rapport est en cours de réalisation par la commission dans le cadre de l’exercice NPA 2022 en cours.

Le chef des données de l’UNICEF, M. Claes Johanson, s’exprimant lors d’une présentation des principales conclusions de la MICS, a noté que l’enquête était la première grande enquête auprès des ménages menée au Nigeria après la pandémie de COVID-19 au Nigeria.

Selon lui, 3 500 ménages ont été interrogés (plus de 1 000 par État), ce qui en fait l’une des plus grandes enquêtes au monde, soulignant que le MICS est passé de 28 indicateurs au premier tour à 200 au sixième tour actuel.

Le rapport MICS a également indiqué que seulement 27 % des enfants et adolescents âgés de 7 à 14 ans ont des compétences de base en lecture tandis que 25 % ont des compétences de base en calcul.

Tout en notant que le Nigeria et d’autres parties prenantes, y compris les partenaires de développement, doivent relever le défi des enfants non scolarisés, Johanson a noté que la croissance démographique croissante est un facteur majeur menaçant un impact positif sur la menace de l’âge scolaire non scolarisé.

Il a ajouté qu’un enfant nigérian sur quatre âgé de 7 à 14 ans n’est pas scolarisé alors que seulement un sur quatre apprend réellement dans les écoles, une indication de la crise de l’apprentissage au Nigeria.

S’exprimant plus tôt lors du dialogue avec les médias, le ministre de l’Information et de la Culture, Lai Muhammed, a félicité l’UNICEF pour son soutien financier et technique au ministère du Bureau d’information sur les droits de l’enfant (CRIB) pour la mise en œuvre de programmes essentiels visant à améliorer la vie des enfants nigérians.

Mohammed, qui était représenté par M. Temitoye Falayi de l’unité du Bureau des droits de l’enfant, a exprimé l’espoir que la collaboration serait maintenue.

Pour sa part, le spécialiste de la communication de l’UNICEF, Geoffrey Njoku, a noté que MICS 6 est une amélioration par rapport à une précédente enquête menée il y a 5 ans.

Il a expliqué que le dialogue avec les médias avait été organisé pour examiner les facteurs responsables des mauvais indices, en particulier pour savoir pourquoi certains défis persistants subsistent dans certaines parties du pays.

« Nous avons de bons chiffres et nous en avons aussi de moins bons, nous voulons donc savoir pourquoi certains de ces indices ne sont pas très bons », a-t-il déclaré.

Pendant ce temps, pour relever efficacement le défi des enfants non scolarisés dans le pays, le ministre d’État à l’Éducation, Rt. L’honorable Goodluck Nana Opiah a lancé la semaine dernière une campagne nationale sur les enfants non scolarisés à Yenagoa, la capitale de l’État de Bayelsa, où il a été révélé que Bayelsa comptait à elle seule plus de 250 000 enfants non scolarisés, en particulier dans les zones rurales.

Avatar de Abedi Bakari