Top 10 des pays où la liberté de la presse est la plus faible en 2024 – Nigéria

La Journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée chaque année le 3 mai, est une journée spéciale dédiée à la célébration de l'importance du journalisme, de la liberté de la presse et du droit d'accès à l'information. Cette journée a été proclamée par l'Assemblée générale des Nations Unies en décembre 1993, avec pour thème cette année « Une presse pour la planète : le journalisme face à la crise environnementale ».

Cette journée rappelle le rôle vital que jouent le journalisme et ses praticiens dans la promotion de la démocratie, de la responsabilité et de la transparence à l'échelle mondiale.

La liberté de la presse donne aux journalistes la possibilité d'enquêter et de rendre compte de questions d'intérêt public sans craindre la censure ou l'intimidation extérieure.

Malgré l’agitation croissante en faveur de la liberté de la presse, les journalistes dans la plupart des régions du monde sont toujours confrontés à divers défis, notamment la censure et le contrôle du gouvernement, l’intimidation, la violence physique, l’ingérence dans la propriété et même l’emprisonnement et les exécutions extrajudiciaires.

La Journée mondiale de la liberté de la presse sert de lieu de sensibilisation à ces défis et de plaidoyer pour la protection des journalistes et de la liberté des médias.

En commémoration de la Journée mondiale de la liberté de la presse 2024, Journal Afrique se penche sur les 10 pays où la liberté de la presse est la plus faible selon le Classement mondial de la liberté de la presse publié cette année par Reporters sans frontières (RSF):

L'Indice mondial de la liberté de la presse est basé sur un questionnaire annuel distribué aux journalistes et aux professionnels des médias. Il couvre cinq indicateurs répartis sur plus de 100 questions : contexte politique, cadre juridique, contexte économique, contexte socioculturel et sécurité.

1. Érythrée

L’Érythrée est classée parmi les pays où la liberté de la presse est la plus faible au monde. C’est le seul pays d’Afrique sans médias privés. Depuis l'indépendance du pays, le gouvernement détient le monopole des médias audiovisuels, tandis que les quelques journaux privés ont été fermés en 2001. Les médias érythréens sont étroitement contrôlés par le gouvernement, ne laissant aucune place aux informations librement publiées. En Érythrée, les journalistes risquent l’emprisonnement, et nombre d’entre eux sont détenus sans procès pendant de longues périodes.

2. Syrie

La Syrie se classe au deuxième rang en termes de liberté de la presse en raison de la persécution de longue date des dirigeants du pays contre l'opposition et les médias indépendants. Selon le Réseau Syrien des Droits de l'Homme, pas moins de 717 journalistes et professionnels des médias ont été tués dans le pays depuis 2011. Par ailleurs, la récente promulgation de la loi n°19, votée en 2024 dans le pays, restreint la liberté d'expression tout en soutenant la propagande.

3. Afghanistan

Au fil des années, l'Afghanistan a régulièrement été mal classé en matière de liberté de la presse en raison de l'instabilité politique, des conflits armés et de la présence d'extrémistes, qui ont tous créé un environnement difficile pour les journalistes. Les menaces et les violences contre les journalistes dans le pays sont aggravées par le manque de protection juridique et de mesures gouvernementales.

4. Corée du Nord

Tout comme en Érythrée, tous les médias en Corée du Nord appartiennent au gouvernement. La liberté de la presse est absente, car les médias ne servent qu'à promouvoir le guide suprême et l'armée du pays. La censure est forte et les médias sont utilisés comme outil de propagande par le gouvernement.

5.Iran

L'Iran est mal classé en matière de liberté de la presse en raison du contrôle gouvernemental, des lois de censure, du harcèlement des journalistes et d'un journalisme indépendant limité, qui ont créé un climat de peur et de répression des voix dissidentes dans le pays.

6. Turkménistan

Le Turkménistan, un pays d'Asie centrale, figure sur la liste des pays où la liberté de la presse est la plus faible en raison, entre autres, du contrôle gouvernemental élevé sur les médias, de la répression des médias indépendants et du manque de diversité médiatique, entre autres, qui caractérisent les médias du pays. système.

7. Viêt Nam

Le mauvais classement du Vietnam en matière de liberté de la presse peut être attribué au contrôle strict du gouvernement sur les médias, au journalisme indépendant limité, au harcèlement des journalistes, aux lois sur la censure et à la surveillance en ligne. Ces facteurs ont conduit à l'autocensure des journalistes, limitant ainsi la couverture des questions critiques et obligeant le gouvernement à rendre des comptes.

8. Bahreïn

Bahreïn, petite nation insulaire du Moyen-Orient, figure également sur la liste des pays où la liberté de la presse est la plus faible. Les journalistes ont, à de nombreuses reprises, été victimes de harcèlement et d’emprisonnement pour avoir couvert des sujets sensibles ou critiqué le gouvernement. La promulgation de la loi sur la presse de 2002 dans le pays a également permis la censure et la fermeture de tous les médias hostiles au gouvernement.

9. Chine

La Chine maintient un contrôle strict sur son paysage médiatique au moyen de restrictions, de surveillance et d’intimidation, qui entravent la liberté de la presse dans le pays. Le gouvernement utilise également différents mécanismes de censure, notamment le Grand Pare-feu, qui restreint l'accès des citoyens aux sites Web étrangers et aux plateformes de médias sociaux. Les journalistes du pays sont victimes d'intimidation, de surveillance et même d'emprisonnement pour avoir couvert des sujets sensibles.

10. Birmanie

Le Myanmar est un autre pays confronté à des défis importants en matière de liberté de la presse. La junte militaire qui a pris le pouvoir dans le pays en 2021 a mis en œuvre des mesures strictes pour contrôler et réprimer le journalisme indépendant. La junte a pris pour cible des journalistes, des médias et des blogueurs, les soumettant à des arrestations, à des violences et à des intimidations.

Avatar de Abedi Bakari