Noël sans dinde – Tribune Online – Nigéria

« Qu’est-ce que Noël sans dinde ? Que vaut Noël sans la fête qui l’accompagne ? Comment pouvons-nous célébrer la naissance du Seigneur sans jubilation et réjouissance ?

Ce sont les mots d’un ami d’antan. Pour lui, Noël n’était (probablement toujours) qu’une occasion de tirer des feux d’artifice, une occasion de se délecter de shindig, un moment pour boire un verre et une excuse pour peindre la ville de toutes les nuances de couleurs. J’ose dire que peu d’entre nous sont très différents de mon vieil ami; La fête de Noël nous offre l’occasion de nous détendre et de nous détendre. On engloutit tout ce qui nous tombe sous la main, on s’enivre jusqu’à la stupeur et on fait la fête sans arrêt. Si, pour une raison quelconque, nous sommes incapables de les faire, nous devenons tristes et inconsolables.

Mais si c’est ça Noël, alors ce n’est pas différent de mon anniversaire, ni même meilleur que le vôtre. Si la fête de Noël se réduit à une occasion de se bourrer le ventre, de comparer la taille des dindes, un moment pour voir quelle fête attire le plus d’invités ou un moment pour se livrer à la débauche, alors l’essentiel est raté car personne n’a besoin de Noël comme une excuse pour se gaver ou parader leur possession. Personne n’a besoin de cette occasion spéciale et sacrée pour donner libre cours à la licence ou à la libertinage. Je suis persuadé que nous ferons une grande injustice à la mémoire de Jésus-Christ si nous nous concentrons davantage sur la fête qui accompagne Noël plutôt que sur le style de vie et le message du Christ.

La déclaration la plus profonde faite par Jésus est probablement celle contenue dans Matthieu 7:12, qui est : « Tout ce que vous voudriez que les hommes vous fassent, faites-le-leur ainsi ; car c’est la loi et les prophètes. Désormais appelée la règle d’or, il s’agit d’une directive de traiter les autres comme vous voudriez être traité. C’est la violation de cette injonction qui conduit à l’injustice dans le monde. C’est la violation de cette instruction qui mène aux conflits. C’est la négligence de la règle d’or qui prive le monde de la paix dont il a tant besoin.

Les fonctionnaires du gouvernement pillent le trésor et détournent les ressources destinées à l’ensemble du peuple. En conséquence, les projets de développement sont abandonnés, les infrastructures se délabrent, les usines ferment leurs portes, les professeurs se mettent en grève, etc. Le pillage du Trésor se traduit par la pauvreté et l’extrême dénuement de la population. Une famille de huit personnes vit avec moins de 500 naira par jour, tandis que la mortalité maternelle et infantile est élevée. Les diplômés universitaires n’ont pas de travail à faire; les modérés d’entre eux décident de rejoindre l’armée grandissante des conducteurs d’okadas et de tricycles ou vendent des cartes de recharge. Les immodérés cherchent la solution de facilité ; prostitution pour les filles et délinquance pour les garçons. Les esprits criminels déploient leur sens aigu de l’ingéniosité destructrice, certains d’entre eux se livrent à la cybercriminalité, tandis que d’autres deviennent des voleurs armés, font sauter des banques, pillent les rues avec des armes sophistiquées qui se moquent de celles utilisées par les hommes de la police nigériane. , tuant, mutilant, kidnappant et faisant de la vie une misère pour tout le monde, en particulier pour les riches. Ceux qui ont amassé des richesses ne peuvent même pas en profiter ouvertement par crainte d’être attaqués par des voleurs armés et des ravisseurs. Ceux qui ont injustement profité du Commonwealth de la nation sont ceux qui pleurent le plus fort sur leur sort.

Mais à la racine de l’insécurité ambiante se trouve l’insensibilité des membres privilégiés de la société qui personnalisent la communauté du peuple, ceux qui privent le reste de leur bénéfice du pool, ceux qui ne pensent qu’à eux-mêmes et ne se soucient pas d’épargner une pensée pour d’autres, ceux qui traitent les autres comme ils ne voudraient pas être traités. Ils s’interrogent sur les activités des criminels, mais ils ne doivent pas oublier de nous dire comment ils se seraient comportés s’ils avaient été soumis à une privation aiguë au milieu de l’abondance.

Cependant, s’ils avaient absorbé l’instruction de Jésus sur le fait de traiter les autres comme ils voudraient être traités, ils se seraient abstenus de plonger leurs mains dans le chat et n’auraient pas épuisé le patrimoine commun pour leurs raisons égoïstes. Ainsi, les projets de développement auraient été exécutés, les infrastructures n’auraient pas été détruites, les entreprises n’auraient pas été contraintes de fermer ou de se délocaliser et il y aurait eu des emplois pour les jeunes. Il y aurait eu une vie abondante pour tout le monde au lieu d’une vie abondante pour quelques-uns et de la misère pour la majorité.

Ce Noël est pour nous l’occasion de méditer sur cette maxime de Jésus et de s’amender pour avoir une société meilleure.

Mais fait intéressant, chaque religion a une version de la règle d’or.

Dans l’Islam, il est mis ainsi; « Nul de vous n’est croyant tant qu’il ne désire pas pour son frère ce qu’il désire pour lui-même. » Sunna.

Le judaïsme le dit ainsi : « Ce qui t’est odieux, ne le fais pas à ton prochain. C’est toute la Loi; tout le reste n’est que commentaire. Talmud, Chabbat 3id.

Le confucianisme dit : « Ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas toi-même. Alors il n’y aura pas de ressentiment contre vous, ni dans la famille ni dans l’État. Analectes 12:2.

Dans le bouddhisme, on dit : « Ne blesse pas les autres d’une manière que tu trouverais toi-même blessante. Udana Varga 5,1.

Dans l’hindouisme, c’est « C’est la somme du devoir ; ne faites rien aux autres ce que vous ne voudriez pas qu’ils vous fassent. Mahabharata 5,1517.

« Considérez le gain de votre voisin comme votre gain, et la perte de votre voisin comme votre propre perte », c’est ainsi que le dit le taoïsme.

Et pour les zoroastriens, c’est : « Seule est bonne la nature qui s’abstient de faire à autrui tout ce qui n’est pas bon pour elle-même.

Cela me dit quelque chose; l’objectif de chaque religion est une société meilleure. La question est alors, puisque la plupart d’entre nous s’identifient à une religion ou à l’autre, pourquoi notre société est-elle ainsi ?

Joyeux noël.

Avatar de Abedi Bakari