« Mwanamke Shujaa » démarre à Zanzibar – Tanzanie

ZANZIBAR: Une opportunité précieuse pour les vendeuses de produits alimentaires de Zanzibar de développer leurs activités et de développer leurs compétences s’est ouverte grâce à un partenariat entre Coca-Cola Kwanza, la Zanzibar Economic Empowerment Agency (ZEEA), la Zanzibar Broadcasting Corporation et Oryx Gas Tanzanie.

Le programme d’inclusion économique, appelé Mwanamke Shujaa, a été lancé à l’Hôtel Verde Zanzibar, où le partenariat a été formalisé avec la signature d’un protocole d’accord (MOU) entre Coca-Cola Kwanza, ZEEA et la Zanzibar Broadcasting Corporation.

Les vendeuses de produits alimentaires, notamment à Unguja et Pemba, sont invitées à postuler pour rejoindre le programme en se rendant dans les bureaux de Coca-Cola Kwanza, ZEEA, Oryx gas ou Zanzibar Broadcasting Corporation pour remplir les formulaires de candidature.

Les participants recevront une formation et un mentorat, soutenus par la ZEEA, ainsi que des outils de travail, notamment une cuisinière à gaz, une bouteille de gaz, une glacière et une caisse de boissons gazeuses, des vêtements de cuisine et une table.

Coca-Cola Kwanza ltd Directeur des affaires publiques, des communications et du développement durable Salum Nassor (au centre), directeur exécutif de l’Agence d’autonomisation économique de Zanzibar, Juma Burhan (à gauche) et directeur général de la Zanzibar Broadcasting Corporation (ZBC), M. Ramadhani Bukini (à droite) signent un protocole d’accord (MOU) de partenariat pour donner aux femmes vendeuses de produits alimentaires à Zanzibar la possibilité de développer leurs entreprises et de développer leurs compétences grâce à un programme d’inclusion économique, appelé Mwanamke Shujaa. Les témoins (ceux debout) sont le ministre du Tourisme et du Patrimoine, M. Mudrick Soragha (au centre), le commissaire chargé des partenariats public et privé Bill Kiwia (à gauche) et Ussy Khamis, le secrétaire du Conseil pour les personnes vivant avec un handicap de Zanzibar.

L’année dernière, Coca-Cola Kwanza, une filiale de Coca-Cola Beverages Africa, a autonomisé un total de 1 700 femmes grâce au programme Mwanamke Shujaa avec une formation couvrant des domaines clés tels que la comptabilité, le service client, la gestion du stress et la croissance du capital.

Coca-Cola Kwanza Affaires publiques, communication et développement durable, M. Salum Nassor a déclaré que l’entreprise s’engageait à autonomiser les femmes entrepreneures et à faire une différence tangible dans leur vie.

« Notre objectif est de créer de plus grandes opportunités partagées pour l’entreprise et les communautés que nous servons tout au long de la chaîne de valeur. Les opportunités, ce n’est pas seulement de l’argent, c’est un avenir meilleur pour les personnes et leurs communautés partout sur le continent africain », a déclaré Nassor.

« Nous comprenons que notre entreprise ne peut prospérer que si les communautés que nous servons prospèrent également.

Investir dans les communautés garantit la pérennité de notre entreprise.

Surtout, nous sommes tous Africains et faisons partie de nos communautés.

« C’est pourquoi nous avons fait de l’inclusion économique l’un des piliers de notre stratégie de développement durable.

« Lorsque nous développons notre entreprise de la bonne manière, et pas seulement de la manière la plus simple, nous contribuons à créer des opportunités de croissance inclusives pour nos communautés, nos femmes et nos jeunes, nos clients, nos employés et nos actionnaires, pour un avenir commun meilleur. »

Il a déclaré que le programme d’entrepreneuriat de Coca-Cola Kwanza se concentre sur des initiatives qui offrent aux femmes et aux jeunes la possibilité de propulser une entreprise existante à un niveau supérieur d’exploitation.

« Le succès de ces programmes sera défini par la mesure dans laquelle nous augmenterons les revenus, débloquerons un potentiel de revenus durable et améliorerons les compétences et les connaissances commerciales de nos groupes cibles, ce qui donnera accès à des opportunités économiques.

« Qu’il s’agisse de donner de l’argent, de notre temps ou de notre expertise, nous prenons au sérieux notre responsabilité envers les communautés dans lesquelles nous vivons », a déclaré Nassor.

Avatar de Abedi Bakari