Le Hamas salue la décision de la CIJ exigeant qu'Israël cesse son agression contre le Palestinien Rafah – Egypte

LE CAIRE – 24 mai 2024 : le Hamas a accueilli vendredi la Cour internationale de Justice [ICJ] décision exigeant qu'Israël cesse immédiatement son agression contre la ville palestinienne de Rafah et qu'il mette fin aux mesures qui conduisent au génocide.

Le Hamas a appelé la communauté internationale et les Nations Unies à faire pression sur Israël pour qu'il se conforme immédiatement à la décision de la Cour de justice.

La Cour internationale de Justice (CIJ) a ordonné à Israël de suspendre immédiatement ses opérations militaires à Rafah, en réponse à une demande urgente de l'Afrique du Sud.

La décision de la CIJ donne mandat à Israël d'ouvrir le passage de Rafah entre l'Égypte et Gaza pour faciliter l'acheminement de l'aide.

Cette dernière décision s’ajoute à la pression mondiale croissante sur Israël pour qu’il mette fin au conflit à Gaza, y compris les inquiétudes exprimées par son proche allié, les États-Unis, concernant une opération militaire à grande échelle dans la ville de Rafah.

Le ministre israélien de la Sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a déclaré que la réponse à la décision de la CIJ devait consister à occuper Rafah, à accroître la pression militaire et à vaincre le Hamas.

De plus, le ministre israélien des Finances, Bezalel Smotrich, affirme que quiconque demande à Israël de mettre fin à la guerre exige qu'il mette fin à son existence.

« Israël n’acceptera pas la décision de la Cour internationale de Justice », a ajouté Smotrich.

Avigdor Lieberman, membre israélien de la Knesset, a déclaré que la décision de la Cour de justice prouve que les institutions de l'ONU ainsi que la Cour pénale sont devenues une aide aux terroristes du monde entier.

Les avions militaires israéliens ont lancé peu après des raids sur le centre de Rafah, au sud de la bande de Gaza, après l'arrêt de la CIJ contre Tel Aviv.

Le 7 mai, Israël a déployé des forces terrestres à Rafah, prenant le contrôle du poste frontière de Rafah aux mains des Palestiniens et lançant des attaques incessantes.

L'opération israélienne à Rafah, qui a été condamnée dans le monde entier, a tué des dizaines de Palestiniens et mis en danger la vie de centaines de milliers de personnes cherchant refuge dans la ville.

Au cours des trois dernières semaines, les ordres d'évacuation émis par Israël ont contraint environ un million de Palestiniens de Rafah à fuir la ville, craignant pour leur sécurité.

Israël fait également face à des pressions juridiques croissantes, notamment une demande faite lundi par le procureur en chef de la Cour pénale internationale d'émettre des mandats d'arrêt contre les dirigeants israéliens et du Hamas, dont le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Les demandes de mandat sont fondées sur des allégations de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité commis à Gaza.

Plusieurs pays, dont l'Egypte, ont annoncé leur intervention en faveur de l'Afrique du Sud devant la CIJ, qui accuse Israël d'avoir perpétré des actes de génocide contre les Palestiniens à Gaza.

Avatar de Hervé Joly