La NPA acceptera le financement des donateurs pour poursuivre les affaires très médiatisées – Afrique du Sud

L’Autorité nationale des poursuites est confrontée à des contraintes budgétaires et a besoin de personnes hautement qualifiées pour aider à monter des dossiers de corruption étanches.

Le ministre de la Justice et membre du NEC, Ronald Lamola, en studio avec Clement Manyathela. Photo : Karabo Tebele/702

JOHANNESBURG – Le ministre de la Justice, Ronald Lamola, a déclaré que l’Autorité nationale des poursuites était désormais en mesure d’accepter le financement de donateurs pour l’aider à poursuivre des affaires complexes et très médiatisées.

L’année dernière, Lamola a annoncé que des protocoles étaient mis en place pour régir les dons au NPA, à la lumière des près de 2 milliards de rands dont il aurait besoin uniquement pour poursuivre les cas de capture d’État.

Lamola a déclaré au parlement que la touche finale était en train d’être apportée à une politique modifiée des donateurs.

La NPA est confrontée à des contraintes budgétaires et a besoin de personnes hautement qualifiées pour aider à monter des dossiers de corruption étanches.

L’autorité a reçu une allocation budgétaire de 4,9 milliards de rands au cours de cet exercice.

Dans une réponse écrite à une question de l’Alliance démocratique, Lamola a déclaré que le NPA en était aux dernières étapes de l’approbation d’une politique de financement des donateurs modifiée.

Il est aligné sur les directives et réglementations du Trésor national.

Les dons en nature seront acceptés par le directeur national adjoint de la NPA, tandis que les espèces devront être acheminées par le biais du Trésor.

Le bureau du vérificateur général et l’équipe de vérification interne de la NPA assureront la surveillance requise.

Un registre interne centralisé de tous les dons est tenu.

L’APN devra les divulguer dans ses états financiers annuels.

Avatar de Slimane Berhanu