Embu : Une mère en deuil demande justice après le décès d’un nouveau-né à l’hôpital pour négligence présumée – Kenya

  • Une femme de 23 ans a raconté avec douleur comment les médecins l’ont vue lutter pour accoucher de sa fille dans un hôpital d’Embu.
  • Claire Nyambura a affirmé que ses tentatives pour demander de l’aide aux médecins traitants avaient échoué car ils l’avaient exhortée à se détendre, mais le bébé avait commencé à émerger.
  • La mère a demandé justice pour sa fille, dont la vie a été tragiquement interrompue à la naissance

Nancy Odindo, journaliste à Journal Afrique, apporte plus de trois ans d’expérience dans la couverture de la politique, de l’actualité et des reportages dans les médias numériques et imprimés au Kenya.

Embou – Au milieu des larmes et d’une voix pleine de tristesse, une mère de 23 ans triant les vêtements et les essentiels de son nouveau-né cherche désespérément justice pour sa fille nouveau-née.

Claire Nyambura, mère qui a perdu son bébé (g). Le cadre de droite montre une photo des baby pods utilisés pour XYZ. Photo à titre d’illustration. Photo : capture d’écran de NTV/Hon. Cécile Mbarire, EGH.
Source : Facebook

Le nourrisson est décédé tragiquement dans un hôpital d’Embu peu après sa naissance, et la mère, Claire Nyambura, allègue que la négligence a joué un rôle dans cette perte dévastatrice.

Qu’est-ce qui a précédé la mort du bébé ?

Comme toute femme enceinte en travail, Claire Nyambura est restée optimiste, espérant une assistance rapide des médecins pour l’accouchement de sa précieuse petite fille.

Selon NTV, ses espoirs ont été anéantis car elle avait du mal à pousser sous l’observation du médecin.

Suite à un accouchement par le siège, elle a demandé l’aide du médecin, mais celle-ci a refusé. Nyambura a raconté que ses efforts n’ont pas été vains, mais que l’absence de tout son provenant de l’enfant indiquait des problèmes de santé potentiels.

Selon American Pregnancy, la présentation par le siège fait référence aux fesses, aux pieds ou aux deux du bébé qui sont positionnés pour sortir en premier lors de la naissance. Lors d’un accouchement normal, la tête se présente en premier.

« Lorsque le bébé est sorti, j’ai immédiatement informé le médecin traitant de la présentation inhabituelle avec ses jambes en premier. Bien qu’ils l’aient exhorté à m’aider à pousser la tête, on m’a dit de me détendre, car ce n’était pas de ma responsabilité. Après cinq heures, Avec un retard d’une minute, le bébé est né sans pleurer et placé sous oxygène », a-t-elle déploré.

Quelques instants plus tard, la mère en difficulté est allée voir son nouveau-né pour se rendre compte que ses jambes commençaient à devenir bleues.

Les médecins lui ont assuré qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter, mais ont également admis que les chances de survie du bébé étaient limitées.

« Lors d’une inspection ultérieure, j’ai découvert que ses jambes étaient devenues bleuâtres. Malgré mes inquiétudes, les médecins m’ont assuré qu’il n’y avait aucune raison de m’alarmer, mais ont reconnu que les chances de survie du bébé étaient limitées en raison de multiples complications, pouvant conduire à une paralysie cérébrale », a-t-elle déclaré. pleuré.

Bien qu’elle ait accouché à 32 semaines, la dame affirme que son nouveau-né avait atteint le poids requis et qu’il pourrait survivre si les médecins tenaient compte de sa demande.

Nyambura a perdu sa petite fille le samedi 16 décembre et plaide maintenant pour que justice soit rendue pour l’enfant innocent.

Une femme et des jumeaux nouveau-nés meurent pendant l’accouchement

En septembre, une femme et des jumeaux nouveau-nés sont décédés à l’hôpital de niveau 4 de Mwingi pendant l’accouchement.

La femme était restée à l’hôpital pendant quatre jours avant d’accoucher de son premier enfant mort-né. Les médecins « ignoraient » qu’elle attendait des jumeaux.

Lorsque la femme s’est plainte de maux d’estomac intenses, elle a subi une échographie et un autre bébé a été détecté. Cependant, il était trop tard pour les sauver, car ils étaient tous deux morts.

Source : Journal Afrique

Avatar de Hervé Joly