Ambiance de fin de règne pour Theresa May après le vote aux européennes au Royaume-Uni

0
6
Britain's Prime Minister Theresa May and her husband Philip leave a polling station after voting in the European Elections in Sonning, England, Thursday, May 23, 2019.(AP Photo/Frank Augstein)

Le sort de Theresa May devrait être scellé vendredi. Face à un parti qui l’a lâchée, elle aura à faire un choix simple : fixer une date pour son départ, ou être démise.

Ce n’est plus qu’une question de jours. Lâchée par son propre parti, bousculée par le dernier carré de ses fidèles ministres, Theresa May paraît être sur le point d’annoncer la date de son départ du pouvoir, faute d’avoir pu faire voter par le Parlement l’accord sur le Brexit qu’elle a négocié avec l’Union européenne (UE).

Si le principe est acquis, le scénario et le calendrier précis de cette démission déjà si souvent annoncée restent à préciser, tant les événements se sont précipités, en marge des élections européennes qu’il a bien fallu organiser faute de Brexit, et qui ont eu lieu jeudi 23 mai au Royaume-Uni. Le scrutin a par ailleurs suscité des centaines de plaintes de la part d’électeurs européens empêchés, pour des raisons administratives, de voter.

Le sort de la première ministre pourrait être scellé, vendredi 24 mai au matin, lors de l’entrevue qu’elle doit avoir avec Graham Brady, qui préside l’instance de direction des députés conservateurs à Westminster et qui la mettra devant un choix simple : fixer une date pour son départ, ou être démise.

Le couperet pourrait ne tomber que dans la semaine du 10 juin pour lui épargner l’humiliation d’une destitution au moment de la visite du président américain Donald Trump au Royaume-Uni, du 3 au 5 juin, et de la célébration de l’anniversaire du débarquement allié en Normandie, le 6.

« Urgence nationale »
Le discours prononcé par Theresa May le 21 mai, censé lui permettre d’arracher enfin un vote de son texte au Parlement puis de partir en beauté, a produit l’effet inverse : accélérer sa déchéance. En cherchant à appâter les travaillistes avec la promesse d’un vote à Westminster sur l’idée d’un second référendum, elle s’est aliéné tout le monde.

Le Labour a dénoncé le « nouvel emballage du même ancien et mauvais accord » et les tories pro-Brexit sont entrés en fureur. « Theresa May doit partir maintenant. C’est une urgence nationale, éructait mercredi l’éditorial du Telegraph.

Lire aussi Brexit : pour sauver son accord, Theresa May abat son ultime carte, le second référendum
Le spectacle des députés tories, puis des ministres eux-mêmes quittant les banquettes vertes des Communes, mercredi 22 mai, pour laisser la première ministre défendre son texte devant une salle presque vide, en dit long sur l’isolement de Theresa May. Au même moment, des élus réclamaient publiquement son départ tandis que certains membres de son gouvernement, déjà engagés dans la bataille pour sa succession, faisaient bruyamment savoir qu’ils avaient sollicité des rendez-vous personnels avec elle destinés à lui signifier leur désaccord.

Your Online Choices Logo
ETORO
Toutes les actions à 0% commission
SCIENCE ET BIEN-ÊTRE
Mincir du ventre : Un truc simple à faire dès ce soir
ARMOIRE MULTI-USAGES H…
L’armoire hauteur 160 cm, idéale en aménagement d’espace pour classer dans le bureau, r…
NUTRIVIA
Un expert révèle : «C’est comme un karcher pour votre intestin»
SANTÉ CORPS ESPRIT
Brûlures d’estomac après 50 ans : le « truc » étonnant des Suisses

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici